le vêtement : un symbole, une lutte, une victoire...

21:06:00

Le vêtement, cette pièce du quotidien qui est responsable de nos tracas du matin et de nos retards avec cette question inévitable : "Mais qu'est ce que je vais mettre aujourd'hui ?" Cette petite phrase peut être une source d'énervement pour certains ou d'excitation pour d'autres, évidement je fais parti du second groupe. En revanche, souvent oublié dans nos placards, la troisième option peut être un élément essentiel dans l'Histoire en général. Je m'explique, le vêtement a le pouvoir de rassembler les gens autour d'une même cause permettant notamment de mener à son terme des contestations.

TOP : friperie - BAS : friperie  - SHOES : Reebok Classic Leather
A vrai dire, le vêtement n'est pas forcément l'objet d'un combat de lions entre les différentes firmes transnationales, où les acheteurs ne sont que les victimes d'un marketing très bien rodé. Longtemps oublié, cette pièce renferme un vrai savoir faire inscrit dans le patrimoine, un art au même titre que la peinture. C'est pourquoi, il a été et est au centre de luttes sociales, politiques ou encore culturelles. Cette capacité s'illustre auprès des dandys Congolais de la SAPE en passant par les Révolutionnaires de 1789 : les"sans culottes" jusqu'aux uniformes militaires : le vêtement est le point de départ d'une unité entre les individus.

LA MECANIQUE...

Le groupe permet de rassembler des individus autour d'un même sujet, objectif, passe temps, croyance, idées, normes, conviction... bref, une véritable interaction entre les gens. Dès lors, le groupe constitué possède une très forte solidarité grâce aux liens solides entre les membres. Ce petit topo lourdo permet de mieux comprendre les fondement du mécanisme des vêtements dans les groupes sociaux.

Ce bout de tissus est un outil  pour à la fois distinguer le groupe de la société, mais aussi se rassembler autour d'un même symbole. A l'opposé, il peut aussi être la caractéristique de celui-ci et s'imposer à lui comme notamment les "sans culottes". Pendant la Révolution Française, le Tiers Etats contestataire portaient des pantalons/jupes à rayure au lieu des culottes (sorte de pantacourt) avec bas que portaient la bourgeoisie; d'où le nom "sans culotte". Dans ce cas, le non port de la culotte a permis de rassembler le peuple pour renverser la monarchie (Louis XVI).

Source : Empiretextiles.com 

DANS LES FAITS...

Selon moi, la SAPE une organisation né au Congo-Brazaville oui s'est étendue au Congo Kinshasa reste l'incarnation du symbole politique du vêtement. Les sapeurs, membres de la Société des Ambianceurs et des Peronnes Elégantes, ont comme les dandys anglais un code vestimentaire rigoureux créant un véritable style. Avec une très grande élégance, les sapeurs prônent la non violence, le non racisme, le non nationalisme... Cette alliance a joué un rôle important dans la guerre civile au Congo-Brazaville de 1993 à 1999, sous Mobutu. Ce style a donc permis de porter des croyances politiques contre un régime dictatorial.

Tout comme dans le domaine politique, le vêtement témoigne d'une lutte sociale comme notamment "les col bleu" et " les col blanc" entre les ouvrier et les patrons, mais aussi dans le domaine culturelle comme les hipster, qui restent malgré eux victimes1 de leur succès.



You Might Also Like

6 commentaires

  1. sympa ce petit historique, moi je vois les fringues comme quelque chose de ludique et utile surtout ahah
    bisous
    http://lespaillettesdadeline.over-blog.com

    RépondreSupprimer
  2. j'adore la tenue elle top et l'article est super intéressant j'adore ton blog

    http://fashionlandfb.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci ! c'est hyper cool que ça te plaise :)

      Supprimer
  3. Super cet article, très intéressant, merci :)
    Bises

    RépondreSupprimer
  4. Salut ma belle !
    Merci pour cet article très intéressant qui m'a appris quelque chose aujourd'hui !
    J'espère que tu feras d'autres articles comme cela car j'aime beaucoup !
    Ta tenue à l'air super confortable !
    Bises
    Marianne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça me fait plaisir que ce post te plaise, j'en referai d'autres biz

      Supprimer